Publicité:

Eric Terrien, l’interview

19/11/2010

Sur tous les terrains en France, en Espagne et en Europe en général, le français Eric Terrien a tout remporté ou presque en race cette saison et s’impose incontestablement comme le SUPer à suivre lors des prochaines saisons. Fraîchement auréolé du tout premier titre officiel de champion de France dans la discipline, nous avons voulu tiré le bilan avec lui sur cette année 2010 riche en évènements et en victoires… Interview !

 

SUPJournal.com : Tu viens de remporter fin octobre le tout premier championnat de France de SUP race à Biarritz, c'est un beau titre qui vient clôturer une belle saison... Est-ce une de tes plus belles victoires cette saison ?
Eric Terrien : Oui et tout d’abord parce que c'était vraiment une super course, c'est très rare d'avoir des parcours en downwind (ndlr : descente dans le sens du vent) sur nos côtes et celui-ci, même s'il n'y avait pas de gros bumps, était très "surfable". Si on ajoute le paysage extraordinaire, le fait que les meilleurs français étaient présents, même s’il manquait Gaétan Séné et Didier Leneil, et le fait qu'au départ de la course, je ne pensais pas réussir à passer devant les 14'0’’ et les Unlimited, le tout fait que c'est effectivement une de mes plus belles victoires de la saison.

 

SUPJ : Tu as remporté de nombreuses épreuves durant la saison en race, vu de l'intérieur, que cela fait-il d'arriver sur une épreuve et de devenir en quelque sorte l'homme à battre ?
ET : Je n'arrive jamais sur une épreuve en vainqueur, il y a d'autres hommes à battre que moi et j'espère que c'est sur ceux-ci qui mes principaux concurrents portent leur attention !

 

SUPJ : Tu as été moins chanceux malheureusement sur la Battle of the Paddle en Californie, peux-tu nous raconter tes mésaventures ?
ET : Ca a été un cauchemar très instructif ! Lors de la Elite Race, j'aurai difficilement pu être moins chanceux, j'ai perdu ma planche après 5 minutes de course et le temps que je la récupère, presque tout le monde avait déjà viré la bouée, j'ai pris la décision d'abandonner, sur le coup je me suis vraiment senti minable ! Le lendemain, j'ai fait la longue distance en 12'6’’ mais je n'étais vraiment pas dans la course. Quand l’australien Paul Jackson m'a doublé ça m'a filé un coup au moral et je n'ai pas réussi à remonter, heureusement il a 10 ans de plus que moi, donc je fais quand même 1er en 12'6’’ dans ma catégorie d'âge... Quand je regarde nos temps, je n'ai pas à rougir, ça a ramé dur ! Suite à cette 2ème course, j'ai modifié ma technique de rame et ça a payé lors des Championnats de France à Biarritz.

 

SUPJ : Tu es un des rares à rester en 12'6'' et à l'emporter souvent devant des planches plus grandes en 14'0 et en Unlimited... C'est une philosophie de course, une volonté personnelle de rester sur un support plus grand public ?
ET : Par rapport au grand public, je pense que mon objectif cette année a été de montrer que l'on peut vraiment se faire plaisir avec une 12'6’’. Je voulais prouver qu'une seule planche telle que la Nidecker 12'6’’ All Water Race peut servir aussi bien à se promener sur un lac qu'à affronter de grosses conditions en mer, jouer dans de petites ondulations pour ceux qui ont déjà des bases de SUP en surf et prendre du plaisir sur différents types de parcours... Par rapport à la "philosophie de course", mon objectif est de me donner au maximum sur chaque course, c'est toujours un beau défi d'essayer de doubler des planches plus longues. Il n'est pas exclu que l'année prochaine je participe sur quelques courses en Unlimited mais ma planche de "tous les jours" restera une 12'6.

 

SUPJ : C'est une saison un peu folle que vient de vivre la discipline de la SUP race avec une multiplication d'événements, comme Danny Ching, vas-tu devoir faire des choix en 2011, ne pouvant être partout en même temps ?
ET : J'ai déjà du faire des choix cette année ! c'est toujours frustrant de savoir qu'il va y avoir une super course ou une compète de vagues, d'imaginer tous ses potes en train de s'amuse et d'être devant l'ordi à attendre de lire les reports... En 2009 et 2010, j'ai eu la chance de pouvoir me déplacer sur un grand nombre d'événements et à chaque fois j'ai fait de nouvelles rencontres avec des passionnés et j’ai lié de nouvelles amitiés, j'espère pouvoir continuer de la sorte en 2011.

 

Photos : Terrien/Isande - Pierre Mahé/Pimaphoto.blogspot.com - Outsidereef.com

Articles similaires

Olivia Piana, le portrait

Figure incontournable de la scène SUP race nationale et internationale, Olivia Piana a...

Kai Lenny, l'interview

Quelques heures avant qu’il ne quitte Leucate et le Mondial du Vent, Windsurfjournal.com a...

Eric Terrien, l’interview

Auteur à nouveau d’une belle saison, vainqueur des principaux rendez-vous nationaux...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer