Publicité:

Pour un retour sur l'eau responsable après le 11 mai

19/04/2020

Sujet que nous suivons de près au travers de nos 3 sites en ligne d’information Windsurfjournal.com, SUPjournal.com et Wingsurferjournal.com, la crise sanitaire liée au coronavirus COVID-19 est venue mettre un terme, d’un coup d’un seul, à l’accès à 2 éléments qui nous sont les plus chers, l’océan et notre sport favori.
Dans le parfait respect des consignes et du confinement imposé depuis le 17 mars dernier, les pratiquants de windsurf, de SUP ou encore de wingfoil et de kitesurf de l’hexagone et d’outre-mer se sont montrés, dans la très grande majorité des cas, sages et respectueux. Mais avec la perspective désormais d’une date de déconfinement à partir du 11 mai, logiquement se pose la question, jusque-là tabou, de notre retour sur l’eau ?
Après le docteur Guillaume Barucq, qui a ouvert le débat dernièrement (cf son post Facebook du 14 avril) puis notre confrère Erwan Jauffroy des Editions Nivéales pour le compte des titres Wind Magazine, Kiteboarder Magazine et SUP Magazine (cf l’article du 17 avril), c’est à notre tour de nous positionner pour une réouverture responsable et régulée des spots aux activités nautiques à partir du 11 mai en cas de déconfinement.
Alors qu'en Allemagne, aux Pays-Bas, en Australie ou encore dans l’archipel des îles Hawaii, la pratique responsable des sports et activités nautiques est autorisée pendant le confinement, ces mêmes activités sont interdites et les moyens mobilisés pour faire respecter cette réglementation dans les espaces naturels sont considérables (hélicoptères, drones, etc…).
Pourtant, ces interdictions ne reposent sur aucun critère de sécurité sanitaire. En effet, évoluer sur un plan d’eau ne porte pas atteinte aux règles de distanciation sociale et ne conduit pas à une augmentation des accidents dans le cadre d’une pratique responsable. En revanche, elles portent préjudice à la santé physique et mentale. De nombreuses études médicales démontrent l’effet bénéfique du contact avec la nature sur le stress, l’anxiété ou encore la dépression. Il est aussi démontré que cet effet bénéfique se répercute sur le système immunitaire et sur les comportements d’addictions (alcool, tabac, anxiolytiques, psychotropes) et probablement même sur les violences familiales. Par ailleurs, en favorisant la motivation à "bouger" dans un environnement naturel agréable (beauté, silence, odeurs), ces activités permettent de lutter contre la morbidité liée à la sédentarité (prévention des maladies cardiovasculaires, obésité, diabète, insuffisance veineuse, douleurs articulaires, mal de dos, etc.) inhérente au confinement.
Favoriser la reprise d’une activité physique nautique, c’est également donner une lueur d’espoir et un second souffle à toute une industrie des sports de glisse (clubs, écoles, magasins spécialisés, marques, etc…) qui aujourd’hui assiste impuissante à l’écroulement de tout un pan de son économie et de son marché au moment le plus important de la saison car ces pratiques sont aussi un élément essentiel de tout un écosystème au dynamisme économique certain qu’il soit sportif mais aussi touristique…
En écrivant cette tribune, nous n’avons pas ici la prétention de détenir la vérité, ni d’être le porte-parole de quel que pratiquant ou communauté que ce soit mais s’il est aujourd’hui possible de se mettre à l’eau de manière responsable dans certains pays d’Europe et du monde, pourquoi ne serait-ce pas le cas également en France ? Et loin de nous enfin l’idée de ne penser qu’aux seules activités nautiques puisque cette tribune serait parfaitement juxtaposable pour les amateurs de randonnée, de cyclisme ou encore d’escalade…
Tout en continuant à respecter scrupuleusement les consignes gouvernementales, d’ici au 11 mai prochain, soyons donc désormais force de rassemblement et de proposition (mais aussi d’écoute et de partage) auprès de nos clubs, de nos associations, de nos fédérations nationales ainsi que de nos élus locaux et départementaux pour ouvrir tous ensemble la voie pour un retour sur l’eau responsable après le 11 mai, un retour régulé et intelligent pour le bienfait de toutes et tous…

 

Source : Philippe Lavigne/SUPjournal.com
Photos : Duotone/John Carter - Fanatic/JohnCarter



Apportez votre contribution à SUPjournal.com en cliquant ici

A l'instar des annonceurs qui permettent à SUPjournal.com d'exister depuis plus de 10 ans, vous, fidèles lecteurs, pouvez vous aussi nous apporter votre support et votre contribution financière (au niveau de votre choix à partir de 2 €, le prix d’un café !) et nous aider ainsi à continuer à faire "tout simplement" notre travail et vous faire vivre quotidiennement l'actualité du stand up paddle.
D’avance merci !

PayPal - Vous pouvez également apporter votre contribution par PayPal à The Aloha Company Eurl, société éditrice des sites Windsurfjournal.com, SUPjournal.com et Wingsurferjournal.com

tags: Tribune

Articles similaires

Plages fermées, cette exception si française…

MAJ 4 mai 17h30 : L'amendement déposé au Sénat est...

Les plages inaccessibles jusqu'au 1er juin

Très attendue, la présentation du plan de déconfinement par le 1er ministre...

Jim Terrell, la tribune

Pour tous ceux qui sont déjà bien piquousés SUP, le nom de Jim Terrell...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer